Cour de Cassation, Chambre commerciale, 10 janvier 2012, n°10-26.630

Publié le : 24/09/2012 24 septembre sept. 09 2012

Un arrêt récent de la chambre commerciale revient sur la définition donnée par la Cour de cassation, de la caution bénéficiant des dispositions protectrices du Code de la consommation et sur sa conception du créancier professionnel. (Cf. Revue Dalloz 2012 n°276 note de V. AVENA ROBARDET)
La Cour de cassation rappelle que les mentions manuscrites prévues par l’article L. 341-2 et L. 341-3 du Code de la consommation s’appliquent à toutes les cautions personnes physiques qu’elles soient dirigeantes ou non, averties ou non. La solution n’est pas nouvelle et se déduit de la seule lecture des articles qui font bénéficier de cette mention manuscrite toutes les personnes physiques sauf si le cautionnement a été souscrit par un acte authentique. (Cf. Ch. Com 5 avril 2011) En revanche l’arrêt présente une importance car la Chambre commerciale affirme pour la 1ère fois que le créancier professionnel s’entend de « celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelle ». Cette définition est donc très large. Elle rejoint cependant la définition donnée antérieurement par la 1ère Chambre civile le 9 juillet 2009, n°08-15-910 (RTDCiv 2009 p. 758 note P.CROCQ ) A priori le terme créancier professionnel aurait pu être interprété comme désignant seulement le professionnel du crédit, ce qui n’aurait visé que les banques ou tout autre organisme de crédit. Selon cette interprétation, tout créancier qui, dans le cadre de son activité professionnelle, se fait délivrer un cautionnement devient tenu de respecter les dispositions du Code de la Consommation à l’égard de la caution personne physique et de veiller notamment à ce que l’engagement reprenne mot pour mot les dispositions législatives prévues. A défaut l’engagement sera nul. En l’espèce, le créancier fournisseur de matériaux de construction qui avait obtenu la caution du gérant de la société lui ayant commandé du matériel aurait dû respecter la mention manuscrite. Le non-respect de celle-ci est sanctionné par la nullité de son engagement. S’agissant de la teneur exacte de cette mention, la Cour de cassation a admis qu’une omission sans aucune conséquence, telle l’omission d’une virgule, ainsi que l’emploi d’une conjonction « et » au lieu de « ou » n’avait pas pour effet d’entraîner la nullité du cautionnement. Sa position ne peut qu’être approuvée car à défaut elle permettrait à un débiteur d’échapper à son engagement du seul fait d’une erreur formelle manifestement sans conséquence au regard de la portée de son engagement, acquise par la mention manuscrite qu’il a rédigée.

Historique

<< < ... 20 21 22 23 24 25 26 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.