TI de St Nazaire, 19 mars 2014: cheval confié contre bons soins abattu

Publié le : 27/05/2014 27 mai mai 05 2014

Une propriétaire vend son cheval pour une somme modique contre bons soins, ce dernier n’étant plus exploitable en compétition de CSO.

Un contrat de vente est signé avec l’acheteur, lequel prévoit que le cheval sera mis au pré et que des soins particuliers seront portés à son membre fragile.

Or, deux mois après la vente, la vendeuse s’aperçoit, sur le site de la Société Hippique Française, que le cheval est déclaré abattu.

Elle assigne donc l’acheteur devant le Tribunal d’Instance de St Nazaire en dédommagement de son préjudice moral et financier.

En effet, le contrat de vente destinait le cheval à une vie en pâture et prévoyait que l’acheteur lui procure les soins nécessaires à son état.

Le Tribunal jugea qu’en menant le cheval à l’abattoir immédiatement après la vente, l’acheteur avait délibérément fait abattre le cheval, se rendant ainsi coupable d’un manquement grave aux obligations prévues dans ledit contrat, pire, d’une véritable tromperie à l’égard de la vendeuse.

Sur le fondement de l’article 1134 du Code civil qui rappelle que la volonté des parties doit être respectée et de l’article 1142 du Code civil (le cocontractant fautif peut être condamné à des dommages et intérêts) le tribunal condamne l’acheteur à payer à l’ancienne propriétaire une somme de 5.000€ à titre de dommages et intérêts (puisqu’il n’est pas question de faire revivre l’animal décédé). Ces dommages et intérêts indemnisent la propriétaire pour le préjudice affectif qu’elle a subi, son cheval étant décédé alors qu’elle croyait lui avoir assuré un avenir heureux. En cas de perte d’un animal, ce préjudice est souvent minimisé voire nié par les juridictions. Or, en l’espèce, le Tribunal a alloué généreusement 5.000 euros de dommages et intérêts à la propriétaire, et on ne peut que s’en féliciter.

Conclusion : L’exercice d’une action au pénal pour escroquerie à l’encontre de l’acheteur aurait aussi pu être envisagée compte tenu des faits qui confirment que les manœuvres de l’acheteur en vue de se faire remettre l’animal qu’il a destiné en réalité à la boucherie.

Maître Blanche de GRANVILLIERS

Hortense OZMU

Mai 2014

Historique

<< < ... 19 20 21 22 23 24 25 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.