Cour de Cassation, civ. 2ème, 3 novembre 2011, n°10-27041

Publié le : 24/09/2012 24 septembre sept. 09 2012

Un arrêt de la 2ème Chambre civile du 3 novembre 2011 n°10-27041, met l’accent sur les risques pour le conducteur victime, titulaire d’un contrat d’assurance au tiers. (Cf. Gazette du Palais spécialisée, du 15 au 18 août 2012, note Me CERVEAU COLLIARD).
En effet, lorsque le tiers responsable de l’accident n’est pas identifié ou bien s’il n’est pas assuré et qu’il est insolvable, la victime ne peut être indemnisée de son préjudice. Une victime se trouvait justement dans ce cas, le conducteur fautif n’ayant pas été retrouvé après avoir créé l’accident qui avait blessé le conducteur et entraîné le décès de sa compagne. Le fonds de garantie a justement été créé pour indemniser les victimes se trouvant dans cette situation et en l’espèce il indemnisa le conducteur victime du préjudice personnel subi. Toutefois le conducteur considéra avoir également subi un préjudice personnel et par ricochet lié au décès de sa compagne dans l’accident. En réparation de ce dernier préjudice, il actionna sa compagnie d’assurance en arguant de ce qu’il n’avait commis aucune faute dans l’accident, susceptible de venir diminuer sa réparation. La Cour d’appel accueillit son argumentation, considérant que le droit à réparation du conducteur était entier. La Cour de cassation cassa l’arrêt en considérant que le contrat d’assurance ne couvrait l’assuré qu’à l’égard des tiers et qu’il ne pouvait pas obtenir, de son propre assureur, la réparation des préjudices subis personnellement ou par ricochet. L’assurance automobile suppose, pour l’application de la loi Badinter, l’identification d’un responsable. D’ailleurs, si le conducteur est victime d’un accident de la circulation sans qu’un autre véhicule que le sien ne soit identifié, il n’y a pas d’application de la loi Badinter. Il faut non seulement la présence d’un autre véhicule mais aussi un assureur susceptible de prendre en charge l’indemnisation de la victime. Dans quelles conditions l’assuré aurait-il pu obtenir satisfaction et réparation des préjudices liés au décès de sa compagne ? 1ère hypothèse, une compagnie d’assurance aurait été identifiée garantissant le véhicule à l’origine de l’accident, 2ème hypothèse, si la victime avait disposé d’un contrat d’assurance tous risques et pas seulement au tiers, couvrant également ses propres dommages. Enfin 3ème hypothèse, tout simplement en se rapprochant du fonds de garantie qui avait déjà indemnisé l’assuré de ses propres préjudices et qui serait également tenu de l’indemniser de ses autres préjudices tels que ceux dont il a demandé réparation à la compagnie.

Historique

<< < ... 20 21 22 23 24 25 26 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.